Arts & Traditions Populaires de Marmande

Dictat peu défunt Aristide Teissièr, de Senta Baselha, qu’avèva amassat aqueth conte a Tombabuèu (Olt e Garona)

Jo sabi un conte ;

I aviá, autres còps, a Nerac, un rei que s’aperava Enric Quate. Aqueth rei èra riche coma la mar, aumonièr coma un prèstre, ardit coma un lion, juste coma l’òr.

Pr’aquò, Enric Quate n’èra pas urós. Nuèit e jorn se disiá :

- Los galerians patisson pas autant coma jo. Ei pas qu’una hilha, plus polida que lo jorn, e plus saja qu’una santa. Mès es tan trista, tan trista, que nat galant se pòt pas vantar de l’aver hèita rire un sol còp. Tanben, las gents ne hèn la « Princessa Trista-Mina ». . Ei sèt cents chivaus de tota beutat, tots negres coma lo tapion. Pr’aquò n’aimi pas que mon chivau blanc. Mès aqueste es tan maishant, tan maishant ,que lo plus abille haure de la terra se vei pas en estat de lo herrar deus quate pès. Tanben l’an chafrat « Brisa-Hèr ». Non, los galerians patisson pas autan coma jo…

Enfin, Enric Quate posquèt pas mès téner e mandèt en son castèth lo tambor de vila.

- Tambor, aqui mila pistòlas . Vai-te’n córer lo monde, e cridar pertot : « l’òme capable de har rire un sol còp la Princessa Trista-Mina, e de herrar deus quate pès lo grand chivau blanc « Brisa-Hèr », serà lo gendre e l’eiretièr d’Henric Quate.

- Rei, seretz obéit.

ço que fusquèt hèit. Forças galants se presentèron, per s’ensajar a las duas espròvas. Tots s’entornèron coma èran venguts .

En aqueth temps, viviá a Fumèl, ambe sa vielha mair, un haure joine e ardit.

- Mair, ça diguèt un ser a sopar, doman partissi per Nerac. Aquò’s jo que harèi rire, alamens un còp, la Pricessa Trista-Mina, e que herrarèi deus quate pès lo grand chivau blanc Brisa-Hèr. Atau, serèi lo gendre e l’hèiretèr d’Henric Quate.

- Partís , mon hilh, e que lo Bon Diu te mène.

La brave hemna se’n anguèt au lièit. Alavetz lo haure tirèt de son còfre tota sa pichona fortuna, cent escuts de siès liuras, e cinquante lois d’òr. Ambe los cent escut de siès liuras, harguètquate hèrs d’argent. Ambe los cinquante lois, harguèt vint-e-uèit claus d’òr, sèt per cada hèr.

A la punta de l’alba tot èra lèste. Lo haure partissià per Nerac, ambe sa biaça de cuèr en bandolièra. Dins aquela biaça i aviá un pan, una coja plena de vin, e los vingt-e-uèit claus d’òr.

Tres oras mèi tard, lo haure minjava e bevèva, asseitat au bòrd deu camin. Dins un camp de blat vesin, cantava un grith negre coma la suja

- Cri, cri, cri. Bonjorn, Haure.

- Bonjorn grith. Que i a per ton servici ?

-Cri, cri, cri Haure vòli saber ont vas.

- Grith, vau a Nerac, har rire la Princessa Trista Mina, e herrar lo grand chivau blanc Brisa Hèr. Atau serèi lo gendre e l’eiretèr d’Henric Quate.

- Cri, cri, cri Haure empòrta-me, te harèi benlèu servici

- Grith amb plaser. Anem ! Hòp ! Agafa-te hòrt sus mon menton.

Çò que fusquèt dit fusquèt hèit. Lo haure tornèt partir, en emportant lo grith agafat sus son menton.

Tres oras mèi tard, bevèva e minjava enqüera, asseitat au bòrd deu camin. Dins un camp vasin, un pichon rat roganhava una huelha de tabat.

_Coïc, coïc, coïc. Bonjorn Haure.

- Bonjorn , rat. Que i a per ton servici.

- Coïc, coïc, coïc. Haure vòli saber ont vas.

- Rat, vau a Nerac, har rire la Princessa Trista Mina, e herrar lo grand chivau blanc Brisa Hèr. Atau serèi lo gendre e l’eiretèr d’Henric Quate.

- Coïc, coïc, coïc ! Haure, empòrta-me, te harèi benlèu servici.

Çò que fusquèt dit fusquèt hèit. Lo haure tornèt partir, en emportant lo grith agafat sus son menton, e lo rat agafat sus son beret.

Aqueth ser, roncava coma un benurós, entre dus linçòus dins una aubèrja d’Agen. A la punta de l’alba, se desrevelhèt tot d’un còp ,hissat au cap deu nas :

- Haure, lèva-te, aut ! Aquò’s pro dromit, feniant !

-Qui sès ? T’enteni, mès te vesi pas.

- Haure, soi la Mair de las Piutz, e soi agafada suu cap de ton nas. Haure, vòli sabe ont vas.

- Mair de las Piutz,, vau a Nerac, har rire la Princessa Trista Mina, e herrar lo grand chivau blanc Brisa Hèr. Atau serèi lo gendre e l’eiretèr d’Henric Quate.

- Haure, empòrta-me, te harèi benlèu servici.

- Mair de las Piutz, demòra agafada hòrt e fèrme suu cap de mon nas .

Çò que fusquèt dit fusquèt hèit. Lo haure tornèt partir, en emportant lo grith agafat sus son menton, lo rat agafat sus son beret e la Mair de las Piutz agafada suu nas.

Tres òras après sorelh levat, èra a Nerac, assietat sus un banc de pèira, au ras de la pòrta mestressa deu casthèt deu Rei.

Los vailets e la gojas lo gaitavan en risent..

- Haure que sès vengut har ací ?

- Brave monde, soi vengut parlar au Rei Enric Quate e a la Princessa Trista-Mina.

- Haure, aquí-los justament, que se’n tornan de la messa .

Lo haure se presentèt shens paur ni crenta.

- Bonjorn Princessa Trista-Mina. Soi vengut per vos hèser rire. Bonjorn Henric Quate, Soi vengut per herrar lo grand chivau blanc Brisa-hèr. Atal, serèi vòstre gendre e vòstre eiretèr. En vese atau son pretendut, amb un grith agafat au menton, un rat agafat au beret e la Mair de las Piutz agafada sul bot de son nas, la Princessa Trista-Mina s’esclapotèt de rire.

- Enric quate, la prumèra mitat de mon trabalh es hèita. La Princessa Trista-Mina vèn de rire , peu prumèr còp de sa vita.

- Haure, aquò es vertat. E ara, s’agis de devalar a l’escuderiá e de herrar mon grand chivau blanc Brisa-hèr.

- Enric Quate, soi a vostre comandement.

Tot tres devalèron a l’escuderiá. Aquí, lo haure tirèt de sa biaça son martèth, los quate hèrs d’argent, e los vint-e-uèit claus d’òr. Enric Quate e la Princessa Trista-Mina obrissián de grands uèlhs.

_ Haure, aquí de hèrs e de claus qu’an pas son parions dins lo monde.

- Princessa Trista-Mina, soi pas un haure coma los autres. L’òr e l’argent me mancan pas. Enric Quate, soi pas un haure coma los autres, anatz veire çò que sabi har.

Mès lo grand chivau blanc, Brisa-hèr, se meshisava. Se quilhava, pennava, arnilhava a se har entener a mèi de sèt lègas. Lo haure hasèva pas que se’n rire.

- Grith, hès ton mestièr !

Còp-sec, lo grith sautèt dins l'aurelha deu grand chivau blanc Brisa-Hèr, e se metèt a cantar tant que posquèt :

- Cri cri cri. Cri cri cri. Cri cri cri.

Ensordat per aqueth tapatge, lo chivau augèt lèu acabat de se quilhar, de pennar e d’arnilhar

. Doç coma un moton, baishava lo nas a tèrra.

- Rat , hès ton mestièr !

Còp-sec, lo rat sautèt devath lo nas deu grand chivau blanc Brisa-hèr, se metèt a petar e a veissinar tant que posquèt.

- Pan ! Pan ! Pan ! Ft ! Ft ! Ft !

Los pets e las veissinas emposonavan a tabat, que fasiá l’aminjar acostumat deu rat. Amb aquèra audor, lo chivau s’endromisquèt. Alavetz lo haure lo herrèt deus quate pès, li metèt la brida e la sèla, e sautèt dessus, shens paur ni crenta.

- I ! I donc !

Lo grand chivau blanc Brisa-hèr obeissiá a la man e a la votz.

Alavetz, lo haure diguèt au Rei :

- Henric Quate, la segonda mitat de mon trabalh es hèita. Lo grand chivau blanc Brisa-hèr, es herrat deus quate pès. Atal divi èstre vòstre gendre e vòstre eiretèr.

- Haure, aquò’s juste . Entendi qu’esposes ma hilha dès aqueste matin. Intendent, cor-te’n avisar lo capelan. E vosauts, gojas e vailets, aprestatz lèu una brava noça. çòque fusquèt dit, fusquèt hèit. Jamai s’èra pas vist, e jamai se veirá pas atau una nòça. Ça que la, lo haure n’èra pas content, e minjava pas de bon apetis, se pensava :

- Aqui qu’arriba l’ora deus embarras. Aqueste matin, èi dit davant la Pricessa Trista-Mina e Enric Quate : « l’òr e l’argent me mancan pas ». Pr’aquò, soi plus paure que las pèiras. Mon pichon dequé es passat tot entièr a ferrar deus quate pès lo grand chivau blanc Brisa-Hèr. Que har, mon Diu ? Que har ?

En sortint de taula, un joine òme s’aprochèt del nòvi :

- Haure, te vòli parlar en secret.

- Mon amic, soi a ton comandament.

- Haure, aimi de tot mon cor la Princessa Trista-Mina, qu’a pas volgut de jo. Haure, jo soi riche coma la mar. Escota! Vai èstre l’ora que dives t’anar cochar ambe ta hemna. Jura-me, per ton ama, que la tocaràs pas de tota la nuèit, e doman matin te doni un grand sac plen de quadruplas d’Espanha.

- Mon amic, aquo’s entendut.

Co que fusquèt dit, fusquèt hèit. Au lòc de bufar la lutz, e de se cochar près de sa hemna, lo haure passèt tota la nuèit a se passejar per la cramba. D’ora en ora, demandava a la Princessa Trista-Mina :

- Hemna, sabes quant de quadruples d’Espanha pòdon claure dins un grand sac ?

A sorelh levat, se’anguèt trobar lo joine òme.

- Mon amic, èi ganhat çòque m’as promés assera.

Del temps que lo haure sarrava son òr, Enric Quate intrèt dins la cramba de la Princessa Trista Mina :

- E be ! ma hilha, coma as passat ta prumèra nuèit de nòças ?

- Mon pair, me’n parlètz pas. Ei cochat sola. Tota la nuèit, mon òme s’es passejat per la cramba. D’ora en ora, me demandava : « Hemna, sabes quant de quadruplas d’ Espanha pòdon claure dins un grand sac ? »

- Ma hilha, ton òme t’a hèit un gròs afront. Compti plan que, la nuèit que vèn, tornarà pas har coma aquò.

Mès lo haure aviá un autre grand sac de quadruples d’Espanha a ganhar coma lo prumèr. Au lòc de bohar la lutz, e de se cochar près de sa hemna, passèt tota la nuèit a se passejar per la cramba. D’ora en ora demandava a la princessa Triste-Mina :

- Hemna, sabes quant de quadruples d’Espanha pòdon claure dins un grand sac ?

A sorelh levat, se’n anguèt trobar lo joine òme ;

- Mon amic, èi ganhat çò que m’as promés assera.

Del temps que lo haure sarrava son òr, Enric Quate intrèt dins la cramba de la Princessa Trista Mina :

- E be ! ma hilha, coma as passat ta segunda nuèit de nòças ?

- Mon pair, me’n parlètz pas. Ei cochat sola. Tota la nuèit, mon òme s’es passejat per la cramba. D’ora en ora, me demandava : « Hemna, sabes quant de quadruplas d’ Espanha pòdno claure dins un grand sac ? »

- Ma hilha, ton òme t’a hèit un gròs afront. Compti plan que, la nuèit que vèn, tornarà pas har coma aquò.

Mès lo haure aviá un autre grand sac de quadruples d’Espanha a ganhar coma lo prumèr. Au lòc de bohar la lutz, e de se cochar près de sa hemna, passèt tota la nuèit a se passejar per la cramba. D’ora en ora demandava a la princessa Triste-Mina :

- Hemna, sabes quant de quadruples d’Espanha pòdon claure dins un grand sac ?

A sorelh levat, se’n anguèt trobar lo joine òme ;

- Mon amic, èi ganhat çò que m’as promés assera. E ara, soi pro riche ? Aqueste sera, ma hemna aurà de mas n,ovèlas.

Del temps que lo haure sarrava son òr, Enric Quate intrèt dins la cramba de la Princessa Trista Mina :

- Ma hilha, ton òme a acabat de te har gròs afronts. Io vòli pas d’un capon per gendre e tu ne vòs pas per marit. Ton maridatge, lo rompi. Dès aqueste matin, esposaràs lo galant riche que voliás pas.

çò que fusquèt dit fusquèt hèit. Alavetz, lo haure venguèt plan triste, pr’amor qu’aimava sa hemna de tot son còr.

Lo grith, lo rat e la Mair de las Piutz lo consolavan.

- Bon coratge Haure. T’abandonarem pas.

En efèit, una ora avant lo cochar, las tres bestiòlas atendián, sarradas devat lo coissin deu lièit de la Princessa Trista Mina.

Los nòvis se metèron au lièit.

Còp-sec, lo grith e la Mair de las Piutz sautèron suu marit per lo tormentar e lo gafar jusc au sang. Cridava e sautava, coma un possedat deu Diable. A fòrça d’arpatejar, lo paure òme arredut acabèt per retombar coma una maça. Alavetz lo rat li sautèt devath lo nas e se metèt a petar e a veissinar tant que posquèt :

-Pan ! pan ! pan !Ft !Ft !Ft !

Los pets e las veissinas empoisonavan a tabat, que fasià l’aminjar acostumat deu rat. Amb aquera audor, lo marit s’endromisquèt coma un soc.

Lo lendoman, coma roncava totjorn, Enric Quate intrèt dins la cramba de la Princessa Trista Mina :

- E be ! ma hilha, coma as passat ta prumèra nuèit de nòças ?

- Mon pair, m’en parlètz pas. Gaitatz puslèu aqueth vaupauc. Aimi enquëra mai lo Haure.

- Ma hilha, auràs contentament. Ton segond maridatge lo rompi. Dès aqueste matin, tornaràs esposar ton prumèr marit.

Çò que fusquèt dit fusquèt hèit. La nueit venguda, lo haure provèc qu’èra pas un capon.

Cric crac, mon conte es acabat

Per un ardit, diga-me’n un mai polit

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur la tomate !

La petite, la grosse… la ronde, la longue… la rouge la verte et la jaune… la Pondorosa et la merveille des marchés qui donneront la Marmande…sans oublier Ferline et la pomme d’amour ... Tout, tout, tout, vous saurez tout sur la Tomate

 

1554 : on parle déjà de tomates et on mange déjà des tomates !

La première mention de la tomate pourrait bien être attribuée au médecin botaniste siennois Pier Andréa Mattioli (1500-1577) qui publia en 1544 à Venise son Herbier illustré « Commentari alla Materia Medica di Pedacio Dioscorido di Anazarbeo » dans lequel sont décrites et illustrées près de 1200 espèces de plantes à usage médical.

L’édition de 1554 précise que la tomate est consommée en Italie avec de l’huile, du sel et du poivre.

L’herbier de Mattioli sera utilisé pendant longtemps également par d’autres botanistes du XVIIème siècle pour la détermination des plantes.

L’une des plus importantes manifestations de ce développement fut la création de Jardins Botaniques en Italie, à Padoue en 1525 et à Pise en 1544.

Parallèlement, l’invention de l’imprimerie à caractères mobiles permit la publication d’ouvrages consacrés aux plantes, et plus spécialement d’herbiers, qui seront les premiers atlas du monde végétal. Tout au long du siècle, se succèderont ainsi avec ces ouvrages une foule d’éveilleurs à la botanique. Reçu docteur à Sienne, il exerça la médecine à Rome jusqu’en 1527 ; à la suite de troubles politiques de l’époque, il se retira près de Trente où il vécut jusqu’en 1540, puis alla se fixer à Goeritz. L’archiduc Ferdinand, plus tard Empereur, se l’attacha comme premier médecin, il resta à la cour de Vienne de 1552 à 1562, puis revint à, Trente.

Mattioli a eu comme médecin une immense notoriété ; mais ce qui a surtout fait sa réputation pour la postérité c’est son « Commentaire de Dioscoride », paru pour la première fois à Venise en 1554 ; malgré les erreurs que renferme ce livre, il est toujours précieux pour l’histoire de la botanique ;;;et par voie de conséquence pour l’histoire de la tomate !

 

La légende de la tomate de Marmande. 

Il manquait à Marmande ce brin de poésie et de rêve pour expliquer l’origine de sa célèbre tomate. En 2003 ce vide est comblé. Jean Condou, secrétaire général de la mairie de Marmande historien local qui connait l’histoire du Marmandais et les Marmandais qui ont fait l’histoire, publie chez Lacour « Il était une fois la tomate de Marmande ».

Marmande, cité gasconne, se devait d’avoir cette légende dans le dialecte local. Nous avons donc pris la liberté, avec l’autorisation de son auteur, de traduire le texte original en gascon marmandais et laissé le soin de faire cette « revirada » à deux Marmandais, ardents défenseurs du parler local.

La legenda de la tomata de Marmanda. Virat dau francés au gascon marmandés, per la Denisa Laffarga e lo Bernat Lebeau.

Un còp èra a Marmanda, la gojata d’un riche borgés, joena, bròia e satja. Los galants acabèvan pas de virar a l’entorn d’era, mès la Ferlina Giraudeau (quò èra son nom), ne’n trobèva nat a son gost, au desespèr de son pair qui, veson[1], vesèva son atge avançar. E portant un d’aqueths joens òmes, Peiròt Bory, de modesta levada[2], morèva d’amor per era, mès gausèva pas li diser, pasqué se sabèva tròp praube per poder i preténder ; tèlament que plenh de chegrin decidit de quitar Marmanda. Arribèt a Bordèu juste au moment qu’un vaishèth hissèva les velas per « Las Islas ». Pendent quate ans, barlinguèt, vesitèt las Antilhas e la Navèra Granada, trabalhèva dur e portant podèva pas se deshèser de l’imatge de la Ferlina.

Un bèth jorn, prengut lo camin dau retorn demb, dens sus bagatges, un gròs sacòt de cuèir plenh de doblons d’Espanha e una pocheta onte i avèva d’estrantges granas platas e d’un gris fonçat. Tornat a Marmanda samenèt dens un cunh ensorelhat dau casau de son pair les famusas granas e au començament de l’estiu apareishuràn penderillhas[3] de fruits roges magnifics, ronds e lisses. Cada matin ne’n’ massèva quauques uns e los pausèva dens un petit panèir de vime[4] que deishèva sau bòrd de la fernèsta de la bròia dròlla.

Au cap de quauques jorns, lo susprengót au moment mèsme onte renovelèva son present :

- « Diga-me amic, li digot era, coma s’apèra aqueth fruit deliciós que me pòrtas cada jorn ?

- Quòra èri a las Americas, los Indians l’aperavan : la tomata, mès jo, l’aperèvi : La Ferlina, en sovenir de tu, tant èra bròia !

E ben, era li dit, en se gitant dens sos braçs, a partir d’anuèit, l’aperaram : la poma d’amor ».

La Ferlina e sa Poma d’amor an son estatùa au mitan dau casau de la Mairia de Marmanda.

La légende de la tomate de Marmande par Jean CONDOU

Telle que l’a écrite Jean CONDOU : « Il était une fois …la tomate de Marmande », Lacour, Editeur- 2003.

Il était une fois à Marmande, la fille d’un riche bourgeois, jeune, belle et sage. Les prétendants ne cessaient de tourner autour d’elle, mais Ferline Giraudeau, (c’était son nom) n’en trouvait aucun à son goût, au désespoir de son père qui, veuf, voyait avancer son âge. Et pourtant, un de ces jeunes gens, Peyrot Bory, de modeste extraction, mourait d’amour pour elle, mais n’osait le lui avouer, conscient d’être trop pauvre pour pouvoir y prétendre ; tant et si bien que rempli de chagrin, il décida de quitter Marmande. Il arriva à Bordeaux juste au moment où un navire mettait les voiles pour « les Isles ». Pendant quatre ans, il bourlingua, visita les Antilles et la Nouvelle Grenade, il travaillait dur et pourtant il ne pouvait se défaire de l’image de Ferline.

Un beau jour, il prit le chemin du retour avec dans ses bagages un gros sac de cuir rempli de doublons d’Espagne et une pochette dans laquelle se trouvaient d’étranges graines plates et d’un gris foncé. Revenu à Marmande, il sema dans un coin ensoleillé du jardin paternel les fameuses graines et, au début de l’été apparurent des grappes de magnifiques fruits rouges, ronds et lisses. Chaque matin, il en cueillait quelques uns et les déposait dans une petite corbeille d’osier qu’il abandonnait sur le bord de la fenêtre de la belle.

Au bout de quelques jours, elle le surprit et, au moment où il renouvelait son offrande :

- « Dis-moi, ami, lui dit-elle, comment s’appelle donc ce fruit délicieux que tu m’apportes chaque jour ?

-Lorsque j’étais aux Amériques, les Indiens l’appelaient la « tomate », mais moi, je l’appelais « Ferline » en souvenir de toi, tant elle était belle !

-Eh bien, lui dit-elle, en se jetant dans ses bras, à partir d’aujourd’hui, nous l’appellerons « La pomme d’amour ». »

La preuve que cette histoire, livrée par un vieux grimoire aujourd’hui disparu est vraie : c’est que Ferline et sa pomme d’amour ont leur statue au cœur du jardin de l’hôtel de ville de Marmande.

                                                         Jean Condou

          

 

Ferline et sa pomme d’amour, statue située dans le jardin devant l’hôtel de ville de Marmande (photo site officiel de la mairie de Marmande)

La légende née de la réalité : l’histoire vraie de la tomate de Marmande

Histoire :

En 1750, la tomate venue des Amériques et d'abord acclimatée en Europe dans les jardins espagnols et italiens, fut introduite en Provence. L’essor de la tomate dans le bassin marmandais résulte de l’épidémie de phylloxéra de 1863. Frédéric Zégierman explique : « Dès 1910, conscients de la nécessité d’arriver tôt sur les marchés de consommation, les producteurs privilégient les variétés « hâtives » et, ce serait par hybridation naturelle que « la merveille des marchés », « la pondorosa » et la « mikado » auraient donné naissance, après adaptation au climat et au sol, à la tomate de Marmande4,5. ».

C'est un marmandais, Pierre Gautriaud, horticulteur-pépiniériste, qui le premier constata que s'il entrepiquait ses plants de tomate rampante, il pouvait obtenir non seulement une tomate de qualité supérieure et que celle-ci supportait sans problème le transport. La production commerciale de tomates fut dès lors amorcée6.

Caractéristiques :

Couleur : rouge

  • Morphologie : tomate de taille moyenne, plate, côtelées et parfois irrégulière, incurvée au pédoncule. Pèse de 150 à 300 g, calibre 67 à 85 mm. Grappes de 4 à 5 fruits.
  • Chair : pleine, consistante et très parfumée. Résiste peu à l’éclatement une fois arrivée à maturité.
  • Goût: sucré, parfumé.
  • Port : plant vigoureux, productif.
  • Rusticité : forme ses fruits même à température basse.
  • Maturité : hâtive, 55 à 65 jours. Variété très précoce et très productive4.

Cette variété précoce se cultive en serres, tunnels ou en plein champ abrité4.

Usage alimentaire

Frédéric Zégierman indique « Fraîche, crue ou cuite, l’utilisation de la tomate de Marmande est variée : en cuisine, elle fait merveille en salade comme en tomate farcie. Les transformateurs, eux, en font des jus, purée, concentré4. Et depuis peu on fait également de la bière à la tomate et de succulents desserts (voir le restaurant l’Ô à la bouche en haut de la place du marché).

Histoires de Tomates

 

Marmandais et Grands amateurs de tomates en tout genre cette image vous expliquera sans le moindre doute l’origine de la croix occitane. Cette tomate n’étant pas un OGM (Occitane Génétiquement Momifiée), son image n’est pas soumise copyrigt, Rai de copias ! Merci à l’internaute qui l’a publiée et je ne résiste pas au plaisir d’ajouter son commentaire :

« Peut-être un bel jour vous apprendra-t-elle comment nostre bon comte En Guilhèm revint de crosada grâce à l’aide d’un brigand nommé Tomas et d’une princesse sarrasine, comment il ramena des graines de pommes d’or de l’hort des Hespérides, lesquelles cultivait le Qualiphe de Bagdad, comment il les desroba, les ramena en sa grande cité de Tolosa et là furent appelées Tomastes sive pomas d’amor en l’honnor de cest deux personnes »

 

 

[1] Veson : veuf disen mèi sovent veus.

[2] De modesta levada : de modeste lignée (issu d’une famille pauvre)

[3] Penderilhas : grappes (littéralement pendeloques)

[4] Vime : osier

Exemple de conte populaire de Gascogne collecté dans le Marmandais

Pour Jean de La Fontaine, « la raison du plus fort est toujours la meilleure ». Dans les contes gascons, c'est souvent le contraire. Le plus petit, par sa bravoure et sa malice, arrive toujours à vaincre plus fort que lui.

Il est un conte populaire très répandu dans toute la Gascogne où une bête minuscule vient à bout d'une bête énorme ou réputée très féroce. Souvent, la petite bête est un grillon, insecte sympathique qui égaie nos champs par ses stridulations nocturnes en été ou nos foyers en hiver (grillon champêtre dans le premier cas, grillon domestique dans le second). La grosse bête est le plus souvent un loup, animal qui tient une grande place dans les contes populaires ; plus rarement il s'agit d'un lion, roi des animaux, réputé très féroce.

Le conte collecté au Mas d'Agenais auprès de René Vacqué met en scène un grillon et un loup. Ce conte est revisité par son auteur et mis à la « sauce locale ». Ce n'est plus «Le grillon et le loup » mais «Le petit grillon du Mas » (lou grillot d'aou Mas) qui devient dans la version française de l'auteur : « La légende de la forêt du Mas ».

 

Lire la suite : Lo grilhot d'au MAS

Calendrier

Octobre 2021
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Bals et animations

A venir

19 Oct 2021
18:00 - 19:30
Cours d'occitan
21 Oct 2021
18:00 - 19:30
Atelier chants polyphoniques
26 Oct 2021
19:30 - 21:00
Atelier danses
29 Oct 2021
17:00 - 18:30
Ateliers d'accordéon déb
29 Oct 2021
18:30 - 20:30
Ateliers d'accordéon initiés
30 Oct 2021
10:00 - 12:00
Répétition musiciens débutants
30 Oct 2021
14:00 - 16:00
Répétitions musiciens groupe ATP
04 Nov 2021
18:00 - 19:30
Atelier chants polyphoniques
06 Nov 2021
10:30 - 12:00
Café occitan
09 Nov 2021
18:00 - 19:30
Cours d'occitan